lundi, janvier 08, 2007

Journée mouvementée

Tout commence en fait hier soir, avec un entraînement de sauveteur qui m'a exténué à un tel point et un shift de 1h à la piscine, qui complètait 7h en tout (50+ de $ en 1 WE). Revenue chez moi, Nick était supposé venir me voir pour la dernière fois avant son départ. Il est venu dans sa ''late fashion'' et on est allé au Tim Horton's boire un choco chaud. C'est autour d'une tasse fumante qu'on a discuté du départ et de ce qui allait après...

Malgré la douceur et le goût bien sucré du choco, ma gorge restait nouée en l'écoutant parler. Ça a pris vraiment tout pour que je ne parte pas à brailler en plein restaurant, non parce que j'étais pas d'accord sur le concensus, mais parce que ce consensus me faisait une douleur atroce là (je pointe le haut de ma poitrine).

Selon mon cours de psychologie et de physiologie, cette douleur physique est générée par une intense émotion et une activité stressante sur le cerveau. Si je peux assumer que la douleur augmente avec l'émotion, je me dis que je devais terriblement être accrochée car un peu plus et je tenais pas.

Mais j'ai tenu le coup, même quand on a fait notre dernier dernier baiser. Je sais pas si c'était le courage ou bien ma volonté qui a fait ça, mais c'est dommage...j'aurais bien voulu lui montrer à quel point je souffrais...mais bon..mon non-verbal a fait la job aussi. Il a rappellé vers les 1h du mat pour me dire qu'il allait repasser ce matin pour venir m'apporter ses restants de bouffe. On allait donc se voir 3-4mins avant son grand départ. Heureusement, la météo horrible à fait en sorte qu'il reste à Moncton le temps que les conditions s'améliorent. Je l'ai convaincu de rester car connaissant les routes comme la 185 au Québec...c'est l'enfer cette route avec de la neige...(J'ai failli y laisser ma peau une fois...)

Donc il est arrivé peu avant mon 2e cours de la journée. J'aurais bien aimer sauter mon cours de Kinanthropométrie pour rester avec lui mais comme j'avais un nouveau prof, j'ai pas pu. À mon retour, il dormait paisiblement car il m'avait annoncé qu'il allait conduire de nuit, malgré les caprices de la météo. Ce fût encore une fois un plaisir de le regarder dormir...je sais pas, j'aime regarder les gens dormir, j'trouve ça cute. Sarah est arrivée peu après pour manger de la galette. À 16h15, ce fut LE moment difficile. Il partait là, pour vrai. Avec le coeur sur ma main et les 2 yeux prêts à éclater, je suis allée le reconduire à sa voiture. Dernier baiser, dernières paroles: ''Know that I'l always be there for you, no matter what''

Ça a fait le coup. J'ai regardé sa voiture s'éloigner, le sourire aux lèvres, le coeur libéré d'une tension insoutenable. Voilà. Les mouchoirs maintenant youhou!

C'est clair, les prochains jours seront difficile mais, mes cours suffisent déjà à m'occuper. J'ai déjà des travaux en psychologie sportive à remettre et j'ai une compétition d'athlétisme à anticiper pour samedi. I will survive. C'est difficile mais je me laisserai pas abattre car dans le fond, Nick m'apprécie beaucoup pour ma force de charactère et pour ma confience en soi. J'veux pas le décevoir en lui montrant que je peux pas me relèver.

Et mon cours de psychologie sportive est absolument génial! Comme devoir, je dois pratiquer une technique de relaxation qui prend à peine 1min à faire. Déjà, ma douleur est moin pire après la relaxation. Ça me détend, ça me calme...

Disons que, par rapport au même jour l'an passé, je suis déjà une marche plus haute: Malgré les épreuves douloureuses et difficile, j'ai de l'espoir et de la confience. Merci à tout ceux et celles qui m'ont offert de l'appui, sachez que je vous aime beaucoup et que ''tout ira bien'' Zettai Daijôbu.

2 commentaires:

Tryskel a dit...

Désolé pour mon mail d'hier, j'avais pas tout lu, notamment le passage sur le consensus... Du coup ça a peut-être pas eu l'effet voulu ^^

Mais le fond est là : c'est dommage de laiiser une histoire si belle, et l'amour à distance est pas le plus facile, mais reste toujours possible, surtout pour un amour fort... Tout ce que j'espère est que vous pourrez vous retrouver...

Angie a dit...

oui, c'est toujours possible mais la vraie raison qui a mené au concensus vient du fait qu'on trouve que notre relation est trop belle pour être possiblement ternie par la distance.

Nick m'a souvant dit qu'il s'en voudrait trop si jamais notre relation deviendrait terne et amère à cause de la distance, voilà pourquoi on a consentit de rester ''amis'' (entre guillemets, qui veut dire ambigu) afin de protèger en quelque sorte la relation. En étant amis, rien nous oblige de se parler à tous les jours pour rien dire. Au contraire, en se parlant et en se voyant plus rarement, ça ravive l'intérêt, on a plus à raconter et à montrer forcément. Bref: On verra. Je le verrai en mars et je prendrai une décision à ce moment, mais une chose est certaine: j'irai pas courir les gars d'aussitôt, car aucun n'arrivera à la cheville de Nick, ça, c'est certain

Publier un commentaire